FOCUS ALICE DIOP

Du 11 au 12

octobre 2018

Focus Alice Diop

“Il m’arrive d’avoir envie de reprendre chaque mot des présentateurs qui parlent à la légère, sans avoir la moindre idée de la difficulté et de la gravité de ce qu’ils évoquent (…). Parce que ces mots font des choses, créent des fantasmes, des peurs, des phobies ou simplement des représentations fausses.” Pierre Bourdieu, Sur la télévision.
Venue des sciences humaines, la cinéaste Alice Diop enregistre, documentaire après documentaire, une parole précieuse parce que trop rare, tordant le cou aux idées reçues. Son cinéma est celui des “invisibles”, de celles et de ceux qui sont stigmatisé·e·s dans les médias dominants ; dont les visages et les histoires sont sous-représentés dans le cinéma français ; dont l’identité et l’individualité sont écrasées derrière des “mots-valises”. Ce sont “les migrants”, les “jeunes de banlieue”, celles et ceux que les politiques ont souvent à la bouche mais à qui on donne trop rarement la parole.
Intimement liés à un territoire, la Seine-Saint-Denis où elle a grandit, les films d’Alice Diop remettent l’humain au centre des débats. Dans des espaces souvent circonscrits, d’une barre d’immeuble défraîchie (La Tour du monde), un bureau médical exigu (La Permanence) aux couloirs de Pôle emploi (Clichy pour l’exemple), la cinéaste enregistre les histoires et les parcours de vie, capte les visages et les regards, enregistre l’indicible : le racisme ordinaire (La Mort de Danton), la violence étatique, les stéréotypes de masculinité (Vers la tendresse, César du meilleur court métrage 2017). De ses films se dégagent une colère sourde et une humanité déchirante, mêlant à un regard sociologique percutant une grande finesse plastique. Le cinéma français est décidément bien chanceux d’avoir en ses rangs une cinéaste si passionnante.

Mélissa Blanco

Les films
de la programmation 2018

La mort de Danton

Alice Diop

FRA / 2010 / 64 MIN

La mort de Danton suit le parcours de Steve, un jeune homme de 25 ans originaire de la cité des 3 000 d’Aulnay-sous-bois, lors de sa formation d’acteur au Cours Simon, une école de théâtre parmi les plus prestigieuses en France. Chaque jour, il rejoint en RER l’univers doré des enfants bien nés de Paris.

12 octobre, 14:00 – Cinéma Utopia 

❢ En présence d’Alice Diop

Vers la tendresse

Alice Diop

FRA / 2016 / 39 MIN

Vers la tendresse fait entendre les voix de jeunes de Seine-Saint-Denis qui d’ordinaire ne se font pas entendre lorsqu’elles parlent d’amour.

12 octobre, 14:00 – Cinéma Utopia 

❢ En présence d’Alice Diop

La permanence

Alice Diop

FRA / 2016 / 97 MIN

La consultation se trouve à l’intérieur de l’hôpital Avicenne. C’est un îlot au fond d’un couloir. Une pièce vétuste où atterrissent des hommes malades, marqués dans leur chair, et pour qui la douleur dit les peines de l’exil. S’ils y reviennent encore, c’est qu’ils ne désespèrent pas de trouver ici le moyen de tenir debout, de résister au naufrage. “ En choisissant de demeurer dans l’huis-clos du cabinet, Alice Diop y souligne les qualités d’écoute des médecins et leur lucidité sur les limites de leur action. Mais elle n’y fait que plus fortement résonner l’extérieur, le vaste hors-champ de misère et de violence qui constitue – aussi –notre société.” Charlotte Garson

11 octobre, 20:30 – Cinéma Utopia 

❢ En présence d’Alice Diop