FOCUS SAMUEL BENCHETRIT

Du 22 au 23
octobre 2017

FOCUS SAMUEL BENCHETRIT

Il est des hommes qui tombent du lit, littéralement, et qui vous entraînent dans leur chute, toujours drôle mais parfois douloureuse. Dans Chien, Benchetrit nous saisit de son humour triste et tendre mais ne nous laisse pas sur l’aire d’autoroute. Son film le plus misanthrope met les puissants au tapis, et érige le glapissement comme mantra de yoga. Mais il ne faudrait pas réduire le cinéaste à cela. Sa filmographie montre aussi un attachement aux « vraies gens », aux classes populaires qu’il observe avec acuité, tendresse et mélancolie. J’ai toujours rêvé d’être un gangster (2008) et Asphalte (2015) démontrent cette générosité via des films choraux, entremêlant des vies apparemment minuscules mais vite agrandies, sublimées par un regard qui évite tout misérabilisme. Ce sont ces gangsters pieds nickelés qui prennent à la lettre, à la française et à leur façon, la fameuse réplique des Affranchis de Scorsese dans J’ai toujours rêvé… Ce sont ces habitants esseulés d’un immeuble de banlieue qui vont se rapprocher entre eux grâce à la magie du hasard et de l’absurde dans Asphalte. Dans ses films, ou dans ses livres, Samuel Benchetrit a bien un certain flair pour dépeindre la condition humaine, entre enfer et paradis.

Les films
de la programmation 2017

Chien

Samuel Benchetrit, Gábor Rassov

Adaptant son roman éponyme, Samuel Benchetrit propose une fantaisie absurde et parfaitement déroutante. Vincent Macaigne est épatant dans le rôle d’un homme qui, après une succession d’échecs, se voit adopté par un maître chien (Bouli Lanners). D’abord très drôle, le film esquisse une passionnante réflexion sur la crise de la masculinité, les rapports de domination et de pouvoir dans toutes les strates de la société, du couple, de la famille, du travail, dans le sillon du cinéma de Yórgos Lánthimos.

21 octobre, 20:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

Asphalte

Gábor Rassov, Samuel Benchetrit

Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages. Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ? Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 80 ? Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ? « À coups de gags hilarants, de situations cocasses, de dialogues ciselés, Samuel Benchetrit réussit le tour de force de nous parler de sa banlieue sans la caricaturer et en bousculant les clichés. »

22 octobre, 18:00 – Cinéma Utopia

J’ai toujours rêvé d’être un gangster

Samuel Benchetrit

L’histoire d’un braqueur sans arme dont la victime est elle-même une braqueuse, armée. Deux kidnappeurs amateurs qui enlèvent une adolescente suicidaire. Deux chanteurs qui parlent d’un tube volé. Cinq septuagénaires qui se retrouvent pour un dernier coup… Une « petite pépite d’humour noir, de mélancolie, de drôlerie et de grâce : il y a là un ton unique en son genre, une liberté, une audace. »

23 octobre, 11:30 – Cinéma Utopia