COMPÉTITION COURTS MÉTRAGES

Du 22 au 24
octobre 2017

COMPÉTITION COURTS MÉTRAGES

De tout temps, l’art s’est évertué à traduire la complexité du monde, à le rendre plus lisible, à donner du sens à son absurdité apparente. Le cinéma ne déroge pas à cette règle et, probablement parce qu’il a cette ambition d’être populaire et universel, il est sans nul doute le plus efficace dans cette tâche lorsqu’il s’y attèle. Les formes filmiques doivent donc correspondre à celles du temps présent. Pour parler la langue de l’époque, pour dire l’imaginaire qu’elle suscite, les artistes du 7e art doivent penser une juste adéquation entre le fond et la forme, entre le discours et la formulation. La pluralité des styles des courts métrages de cette sélection 2017 répond ainsi à la difficulté de saisir ce que nous vivons aujourd’hui. Chacun propose à sa manière de poser un regard, qu’il soit subjectif ou objectif, intérieur ou extérieur. Leurs approches diffèrent, certes : expérimentales, classiques, hybrides, légères ou concernées. Mais ensemble, ils composent un kaléidoscope représentatif où la noirceur n’interdit pas la lumière, la tristesse n’élude pas le rire, le virtuel n’élimine pas le réel, l’échappatoire n’exclut pas l’engagement, l’individuel ne rejette pas le collectif, le local ne se sépare pas du global, la mémoire n’occulte pas l’avenir, bien au contraire. Qu’ils nous incitent à ouvrir les yeux, ou les fermer un instant, tous cherchent à nous faire mieux voir.

S’ABONNER à BREF

Les films
de la programmation 2017

Phallus Malus

Claire Maugendre

Gabrielle est profondément marquée par la mort de son père. Un jour de fête, elle se réveille dotée d’un nouvel organe : un phallus… Par cette fable aussi loufoque que sensuelle, la réalisatrice inverse le fameux complexe de castration et, par là même, revendique son féminisme sur un terrain poétique où les fêtes basques croisent une nouvelle forme carnavalesque.

22 octobre, 18h00 –  CGR Le Français

23 octobre,  11h15 – UGC Ciné Cité 

Lower Heaven

Emad Aleebrahim Dehkordi

Deux jeunes frères afghans, clandestinement installés en Iran, travaillent comme maçons. Leur vie, rythmée par la rudesse de leur tâche et la légèreté de leurs jeux d’enfants, va connaître la promesse d’un changement. Un regard profondément humain sur une fratrie orpheline de parents et de patrie, gorgée de vie et d’espoir, en dépit de leur statut de dommage collatéral. Un récit initiatique contemporain qui balance entre douceur et brutalité.

22 octobre, 18:00 – Cinéma CGR Le Français

23 octobre, 11:15 – Cinéma UGC Ciné Cité

Martin Pleure

Jonathan Vinel

Un jour, Martin se lève et tous ses amis ont disparu. Il part alors à leur recherche dans une ville soumise à un désordre inexplicable. Au fil d’une balade dans la violence désincarnée d’une sorte de GTA mélancolique, le personnage, sorti du programme, tente de se persuader de son existence. Une réflexion sensible sur l’ultramoderne solitude et les catastrophes intérieures du monde contemporain.

22 octobre, 18:00 – Cinéma CGR Le Français

23 octobre, 11:15 – Cinéma UGC Ciné Cité

Le Visage

Salvatore Lista

Camille travaille dans une galerie d’art qui accueille le concepteur de jeux vidéo Masato Kimura. Malgré la barrière de la langue et le comportement monolithique du Japonais, un lien unique va se nouer entre eux. La mise en scène subtile rend tangible ce qui se produit dans le regard qu’échangent les deux individus. La chorégraphie faciale rappelle parfois Les Yeux sans visage de Georges Franju et Holy Motors de Leos Carax.

22 octobre, 18:00 – Cinéma CGR Le Français

23 octobre, 11:15 – Cinéma UGC Ciné Cité

Cinq ans après la guerre

Samuel Albaric, Ulysse Lefort, Martin Wiklund

Tim a grandi seul avec sa mère juive ; il se questionne sur son père absent, un Irakien qui a fui la guerre. Un documentaire dessiné, pétris de références pop, dans lequel la subjectivité permise par le dessin embrasse la justesse du discours. Un questionnement plein d’humour et d’émotion sur le rapport au père et la construction de l’identité.

22 octobre, 18:00 – Cinéma CGR Le Français

23 octobre, 11:15 – Cinéma UGC Ciné Cité

En son royaume

Anton Bialas

La virée solitaire et mutique d’un homme en marge. Un poème visuel dédié à un être monacal, vivant en ermite sur les bords de notre monde et dans lequel il est pourtant pleinement ancré. Filmé à juste distance, un face à face, dans les yeux, pour appréhender la richesse intérieure d’un homme a priori hermétique, et dont la douceur a été brutalement sculptée par la violence de la misère.

23 octobre, 19:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

24 octobre, 11:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

La Nuit Je Danse Avec La Mort

Vincent Gibaud

Un ado s’ennuie dans une soirée, jusqu’à ce que la prise d’un psychotrope le jette dans une perception du monde oscillant entre l’euphorie et l’angoisse, la terreur et l’apaisement. Le voyage intérieur d’une jeunesse déchirée entre le désir du plaisir immédiat et la peur du lendemain, entre la montée de trip et la gueule de bois. Une représentation de la volonté d’échappatoire et l’aspiration au réconfort. Le slogan punk « No Future » a muté.
.

23 octobre, 19:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

 24 octobre, 11:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

Diqua Dai Monti, En-deça-des-monts

Benoît Bouthors

Le jeune Horace a perdu son chien. Avec l’aide de ses amis, il part à sa recherche dans la campagne corse. Rapidement, il soupçonne un maghrébin qui vit en marge du village. Une sorte de polar champêtre, dans lequel la chaleur pesante de l’été et la brûlure de la disparition font naître la mécanique du bouc émissaire dans l’esprit du préadolescent.

23 octobre, 19:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

24 octobre, 11:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

Croque Meurtre

Damien Halm, Emmanuel Lautréamont

Un super flic à gueule de chien enquête sur une série d’assassinats perpétrés au musée du Rire. Son investigation est gênée par l’insistance des médias et des internautes pour découvrir le fin mot de l’histoire. Un film d’animation sous la forme d’un épisode de Colombo déglingué.

23 octobre, 19:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

24 octobre, 11:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

Retour à Genoa City

Benoît Grimalt

Depuis 1989, Mémé et tonton Thomas sont férus du feuilleton Les Feux de l’amour. Vingt ans après son départ du domicile familial, le réalisateur revient pour qu’ils lui racontent les 3 827 épisodes qu’il n’a pas vus. Sous le prétexte de l’analyse du célèbre soap opera, le réalisateur explore l’histoire de sa famille, exilée d’Italie pour l’Algérie, puis la France. Il met ainsi au jour les douleurs du passé et la solidité des liens filiaux tenue secrète par la difficulté de chacun à formuler leurs « feux de l’amour ».

23 octobre, 19:00 – Cinéma UGC Ciné Cité

24 octobre, 11:00 – Cinéma UGC Ciné Cité