FILMOTHERAPIE EVA BESTER ERIC JUDOR

Du 21 au 22
octobre 2017

FILMOTHERAPIE EVA BESTER ERIC JUDOR

Le philosophe Stanley Cavell aime penser que le cinéma nous rend meilleurs. Au fifib, on complète cette profession de foi par l’idée que le cinéma aide à rendre le monde plus supportable, plus léger. Le festival a donc invité deux experts pour une filmothérapie très spéciale : d’abord, la journaliste Eva Bester qui, chaque dimanche sur France Inter dans son émission « Remède à la Mélancolie », interroge un invité sur ses remèdes contre le vague à l’âme — pâtisserie, littérature ou bien sûr cinéma. Dans cette même veine médicamenteuse, elle a choisi de montrer Walk Hard – The Dewey Cox Story de Jake Kasdan, faux biopic déjanté d’un chanteur rock’n’roll, et Buffet Froid de Bertrand Blier, grand classique de la comédie noire. Deux films qui lui font du bien. A ses côtés, l’acteur/réalisateur/humoriste Éric Judor est lui un serial joker notoire, de ses débuts avec Ramzy Bédia dans un registre absurde et quasi-enfantin, à ses récentes œuvres ouvertement plus expérimentales comme la série Platane. Il a sélectionné son propre film Problemos et Réalité de Quentin Dupieux, deux grandes réussites de la comédie absurde et existentielle. Deux films pour embrasser la réalité dans ce qu’elle a de plus irréelle. Notre nouveau duo « Eva et Éric » redéfinissent la notion de « feel good », et discuteront en public du cinéma qui soulage la vie par tous les moyens.

Les films
de la programmation 2017

Buffet froid

Bertrand Blier

Tout commence quand Alphonse Tram, chômeur, rencontre un inconnu dans les couloirs déserts du RER. Il le retrouve quelque temps plus tard assassiné avec son propre couteau. Dans la tour immense qu’il habite, il fait alors successivement la connaissance d’un commissaire de police, de l’assassin de sa femme, et se retrouve entraîné dans une série de meurtres plus surréalistes les uns que les autres. Une comédie absurde et décalée, teintée d’humour noir.

21 octobre, 18:30 – Cinéma Utopia

Problemos

Noé Debré, Blanche Gardin

Jeanne et Victor, deux jeunes parisiens, rentrent de vacances. Sur le chemin, ils font une halte pour saluer leur ami Jean-Paul qui lutte avec sa communauté contre la société moderne. Séduits par cette communauté qui prône le « vivre autrement », où l’individualisme, la technologie et les distinctions de genre sont abolis, Jeanne et Victor acceptent l’invitation qui leur est faite de rester quelques jours. « Cet humour régressif assumé, qui fait des allers-retours entre premier, deuxième et troisième degrés, fait un bien fou par les temps qui courent. » Jérémie Couston, Télérama.

21 octobre, 14:30 – Cinéma UGC Ciné Cité

Réalité + Rencontre

Quentin Dupieux

Jason, un cameraman placide, rêve de réaliser son premier film d’horreur. Bob Marshal, un riche producteur, accepte de le financer à une seule condition : Jason a 48h pour trouver le meilleur gémissement de l’histoire du cinéma… « Réflexion sur le cinéma, jeu scénaristique de haut vol, cette « Réalité » est bien plus qu’une bonne blague : un cadavre exquis d’une belle finesse. » Vincent Thabourey, Positif

 22 octobre, 14:30 – Cinéma CGR Le Français

Walk Hard – The Dewey Cox Story

Jake Kasdan, Judd Apatow

L’ascension vers la gloire puis la chute du chanteur (imaginaire) Dewey Cox, dont l’œuvre a bouleversé des millions de personnes. « Walk Hard est la réplique désopilante de Judd Apatow à l’averse de biopics musicaux et Dewey Cox, sa rock-star déchue (…), est tout à la fois le Johnny Cash d’un Walk the Line dont le film se fait un décalque sardonique, le Ray Charles de Ray, et (brièvement) le Dylan de I’m not there. » Julien Gester, Les Inrocks

22 octobre, 11:30 – Cinéma Utopia