Hors compétition

Édition 2020

Avant-premières et courts métrages

Les films montrés en avant-première sont les « coups de cœur » de l’équipe de programmation. Ceux qu’il nous paraissait impensables de ne pas montrer au public bordelais, tant leur découverte nous a émus et bouleversés et qui, pour différentes raisons, pouvaient difficilement rentrer dans les sections compétitives. Cette sélection est donc composée de propositions variées devant lesquelles vous prendrez, nous l’espérons, autant de plaisir que nous.

— Natacha Seweryn

Longs métrages

COURTS métrages

Programme 1

Programme 2

Programme 3

Focus - Laetitia Dosch

Si elle monte un cheval au théâtre et parle aux arbres à la radio, Laetitia Dosch ne cherche pas tant à choquer qu’à conférer de la vie à ce qui l’entoure. Avec un timbre entre élégance et gouaille, un visage de femme fatale ou d’adolescente, elle trace un sillon qui n’a de modèle qu’elle-même, et invente une féminité inédite, au-delà de l’image de la comédienne classique. Mettez-la dans une case, elle en sortira immédiatement, fourbie d’inventivité et d’une puissance à remettre en question les idées toutes faites.

— Natacha Seweryn

 

LONGS métrages

PROGRAMME DE COURTS métrages

Focus Sébastien Lifshitz

L’année passée, il nous avait surpris et émus avec Adolescentes, portrait dessiné sur cinq ans de deux jeunes filles de Brive. Mais cela fait déjà 25 ans que Sébastien Lifshitz nous serre le cœur avec ses films de fiction et ses documentaires. Que, de La Traversée aux Invisibles, en passant par Wild Side, Les Vies de Thérèse et Petite fille, il pose ses questions sur le genre et sur la société. Parfois avec douceur, toujours avec acuité. Il était donc temps que le FIFIB rende hommage à ce cinéaste si talentueux.

— Édouard Waintrop

LONGS MÉTRAGES

MASTERCLASS

Sébastien Lifshitz nous fait l’honneur d’animer une masterclass lors du FIFIB 2020.

Vendredi 16 octobre / 18h30 / UGC Ciné Cité Bordeaux

Carte blanche à l'ACID

Cette année est, comme chacun sait, particulière pour les festivals : beaucoup d’entre eux n’ont pu se tenir physiquement. Nous avons ainsi décidé de mettre en avant la sélection de l’ACID, qui œuvre avec passion depuis 1993 pour la défense et la diffusion du cinéma indépendant en France. Trois propositions issues de leur sélection cannoise de l’année s’affichent donc avec force dans notre programme.

— Natacha Seweryn

 

Carte blanche à LIO

« Queen of the Bananas », annonce son compte Instagram. Icône iconoclaste, la reine des bananes n’est pas la reine des pommes. Rien ne lui fait peur ni ne lui résiste. Lio, c’est le tsunami pop coloré qui emporte tout sur son passage dans les eighties mais aussi la féministe qui tourne depuis ses débuts avec de nombreuses réalisatrices : Chantal Akerman, Catherine Breillat, Delphine Gleize, Katell Quilleveré… Cette carte blanche sera l’occasion de dialoguer avec une amoureuse du cinéma turbulent.

— Johanna Caraire

Carte blanche musique & cinéma

« L’une entretient une passion pour Maria Casarès tandis que la seconde a remixé Philip Glass. Maud filme des raves (« 1994 ») quand Rebeka confie la caméra à Bertrand Mandico ou Claire Burger pour ses clips. Le cinéma n’est jamais bien loin et les images irriguent leurs créations électroniques. Dans leur carte blanche, les deux artistes nous présentent un film fondateur à leurs yeux. Ah si, j’oubliais ! Elles ont toutes deux grandi à Saint-Nazaire, visiblement une terre où l’on croise des dauphins et où naissent les enfants du paradis.

— Johanna Caraire

CARTE BLANCHE À REBEKA WARRIOR

CARTE BLANCHE À MAUD GEFFRAY

Machinimas

AVEC LE SOUTIEN D’UBISOFT

 

L’an dernier, Les Survivants de Nicolas Bailleul – exploration passionnante du hors-champ des joueurs en ligne – remportait le Prix Contrebande. Une occasion idéale de s’intéresser à une tendance actuelle du cinéma : les machinimas. Ces films réalisés à l’intérieur des jeux vidéo – trajectoires au sein de mondes imaginaires – seront mis en lumière cette année.

— Natacha Seweryn

 

Quatre machinimas seront projetés lors d’une séance spéciale à l’UGC Ciné Cité Bordeaux et accompagnés de courtes pastilles Lapins crétins.